La pensée du roman

By Thomas Pavel

Cet ouvrage, dès sa parution en 2003, a rencontré un succès immédiat. Pourquoi ?

Loin d'écrire une énième histoire du roman, Thomas Pavel invite le lecteur à comprendre les grandes orientations de ce style littéraire. Il traite du roman pour ce qu'il est depuis les origines : une rigidity, constitutive et qui décrit un nombre limité de scénarios, entre des personnages absolument parfaits et des êtres tout à fait méprisables. Les premiers suivent sans hésitation aucune les normes morales les plus strictes (romans hellénistiques et de chevalerie), quand les seconds, scélérats et filous, enfreignent, sans hésitation aucune, les règles de l. a. vie en commun (nouvelle, roman picaresque, voire élégie).

Depuis le XVIIIe siècle, les romans qualifiés de modernes, s'ils ont renoncé à l'opposition entre l'élégiaque et le picaresque, n'ont cependant évité que partiellement l'idéalisation des personnages. En vérité, les écrivains n'ont de cesse d'inventer de nouvelles sortes de comportements qui soient impeccables et peu plausibles, voire ridicules, ou répréhensibles assurément mais avérés. Toute l'histoire du style romanesque naît de cette pensée créatrice, tendue entre l'idéalisation du comportement humain et sa censure.

Show description

Quick preview of La pensée du roman PDF

Similar Literary Criticism books

Lectures on Russian Literature

The author’s observations at the nice nineteenth-century Russian writers-Chekhov, Dostoevsky, Gogol, Gorky, Tolstoy, and Turgenev. “This quantity. .. by no means as soon as fails to train and stimulate. it is a nice Russian speaking of significant Russians” (Anthony Burgess). Edited and with an advent through Fredson Bowers; illustrations.

Men in Dark Times

Essays on Karl Jaspers, Rosa Luxemburg, Pope John XXIII, Isak Dinesen, Bertolt Brecht, Randall Jarrell, and others whose lives and paintings illuminated the early a part of the century. Index.

Five Words: Critical Semantics in the Age of Shakespeare and Cervantes

Blood. Invention. Language. Resistance. international. 5 usual phrases that do loads of conceptual paintings in daily life and literature. during this unique test in serious semantics, Roland Greene considers how those 5 phrases replaced over the process the 16th century and what their alterations point out approximately broader forces in technological know-how, politics, and different disciplines.

How Literature Saved My Life

Mixing confessional feedback and cultural autobiography, David Shields explores the ability of literature to make existence survivable, perhaps even endurable. Evoking his deeply divided character, his character flaws, his woes, his serious despair, he wishes "literature to soothe human loneliness, yet not anything can assuage human loneliness.

Extra info for La pensée du roman

Show sample text content

Cit. , 1951, p. 668. nine. Émile Zola, Préface à Thérèse Raquin, Paris, Gallimard, coll. Folio Classique, 1979, p. 24. 10. Cité par Henri Mitterand dans son Étude de L’Assommoir, in Émile Zola, Les Rougon-Macquart, II, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque de l. a. Pléiade, 1961, p. 1545. eleven. Émile Zola, L’Assommoir, in Les Rougon-Macquart, op. cit. 12. Robert Pippin, Henry James and smooth ethical lifestyles, Cambridge, Cambridge collage Press, 2001. thirteen. Henry James, Les Ambassadeurs, trad. Georges Belmont, Paris, Robert Laffont, coll.

Dans ses commentaires disséminés à travers le roman, Manzoni tient pour acquise l. a. réceptivité du lecteur éclairé, censé être au courant des découvertes concernant l’économie de marché, le gouvernement rationnel et l. a. santé publique. À l. a. différence de Scott, selon lequel l’imperfection des sociétés guerrières favorisait, comme une sorte d’effet secondaire et passager, l’éclosion des vertus romanesques au sein de l’aristocratie, Manzoni pense, au contraire, que ces vertus appartiennent en propre aux gens simples, qui parviennent à les exercer non pas à reason, mais en dépit de l’injustice sociale.

Aveugle, mais sachant néanmoins frapper, l. a. folle think los angeles tâche de venger l’injustice (La Fiancée de Lammermoor, 1819, resource de l’opéra Lucia di Lamermoor, 1835, de Donizetti) ou celle de punir sans le savoir les transgressions à los angeles morale (Madge Wildfire dans Midlothian). Jane Eyre de Charlotte Brontë (1847) souligne le contraste entre los angeles folle et los angeles femme vertueuse : celle-là arrive presque à détruire l’homme qui l’a gardée prisonnière, alors que celle-ci le protège et l’épouse, bien qu’il ne soit qu’un invalide aveugle.

Invisible et omniprésente, l. a. divinité solaire préside au déploiement de l’intrigue et tient bien en major le destin des personnages. los angeles trajectoire de Chariclée dépend à chaque fast des serviteurs du dieu qui gouverne son destin. Expulsée d’Éthiopie, l. a. petite fille est sauvée au berceau par Sisimithrès, prêtre éthiopien du Soleil ; Sisimithrès los angeles confie à Chariclès, prêtre de l’Apollon Pythien, qui voyage en Égypte pour s’instruire (II, 27). Plus tard elle se mettra sous l. a. safety de Calasiris, qui invoquera sans cesse les décrets divins.

Inlassablement, les personnages vertueux résistent au monde alors que les méchants y very good à tromper, chaque style de personnages agissant semblablement au cours de séquences de occasions similaires. Le nombre considérable d’épisodes analogues crée pour finir un univers particulièrement homogène, bien que l’unité d’action ne soit aucunement une visée de ces romans. Au regard de ces longs romans, los angeles culture des récits courts porte l’accent sur une seule action : décisive, celle-ci dévoile d’un seul coup un element du monde aussi restricté qu’essentiel.

Download PDF sample

Rated 4.33 of 5 – based on 41 votes