La main coupée

La major coupée est un monument aux morts de los angeles Grande Guerre, comme ceux sur lesquels on a inscrit, année par année, les noms des disparus, morts identifiés mais morts obscurs, sans gloire. Blaise Cendrars a prélevé dans sa mémoire les bribes de l. a. vie et de l. a. mort de ses compagnons de strive against, des hommes ordinaires, tragiques ou cocasses, échappant à toute imaginative and prescient héroïque ou édifiante.
Lorsqu'elle paraît en 1946, La major coupée est plus qu'un témoignage retardé, c'est une réparation. Réparation parce qu'elle est un mémorial contre l'oubli, réparation aussi pour son auteur qui, dans cet ouvrage tardif, s'autorise enfin, librement, à parler longuement de los angeles guerre, de sa guerre, comme il ne l'avait jamais fait, comme personne ne l'avait jamais fait.

Show description

Quick preview of La main coupée PDF

Best Biography books

The Man in the White Suit: The Stig, Le Mans, the Fast Lane and Me

Most sensible Gear's iconic driving force, the Stig, is finally revealed! Ben Collins divulges how he got here to be best Gear's iconic motive force, in addition to what it is wish to thrash an Aston Martin DBS, teach for the military, face the phobia of Jeremy Clarkson's lingerie, and masses extra. whilst the Black Stig disappeared off the tip of an plane provider in 2003, audiences have been brought to the White Stig—faster, stranger, and more durable to maintain fresh.

Prime Green: Remembering the Sixties

From the recent York urban of Kline and De Kooning to the jazz period of recent Orleans's French sector, to Ken Kesey's psychedelic California, top eco-friendly explores the Nineteen Sixties in all its bizarre, blameless, turbulent, and interesting glory. development on own vignettes from Robert Stone's travels throughout the United States, the mythical novelist bargains not just a riveting and strong memoir but in addition an unforgettable within point of view on a different second in American background.

Have A Nice Day: A Tale of Blood and Sweatsocks

Mick Foley is a pleasant guy, a family members guy who loves enjoyment parks and consuming ice cream in mattress. So the right way to clarify these eastern loss of life fits in earrings with explosives, golden thumbtacks and barbed twine rather than rope? The second-degree burn tissue? And the lacking ear that was once ripped off in the course of a bout-in which he stored struggling with?

Possessed: The Life of Joan Crawford

Joan Crawford used to be some of the most incandescent movie stars of all time, but she used to be additionally probably the most misunderstood. during this brilliantly researched, considerate, and intimate biography, bestselling writer Donald Spoto is going past the preferred caricature—the abusive, volatile mom portrayed in her followed daughter Christina Crawford’s memoir, Mommie Dearest—to provide us a third-dimensional portrait of a truly human lady, her miraculous occupation, and her terribly dramatic existence and instances.

Additional info for La main coupée

Show sample text content

1928 - 28 janvier : retour en France sur le Lutetia. Entreprend los angeles Vie et l. a. mort du Soldat inconnu, roman inachevé. Juillet : Petits Contes nègres pour les enfants des Blancs aux Éditions du Portique. 1929 - Février : Le Plan de l'Aiguille, suivi en septembre des Confessions de Dan Yack, Au Sans Pareil. Une nuit dans l. a. forêt, � most efficient fragment d'une autobiographie � (Éditions du Verseau). 1930 - remark les Blancs sont d'anciens Noirs (Au Sans Pareil), contes nègres. Rencontre John Dos Passos à Monpazier (Dordogne), le village de Jean Galmot.

Hé, va donc ! entendis-je Uri crier derrière moi. KOHN (mort au sommet de los angeles butte de Souain), le chanteur de charme, mort en chantant. BOUFFE-TOUT (tué en Champagne), ce Gribouille ordurier, qui chantait les soirs de cafard. MACHIN, TRUC, selected, tous morts, tous tués, crevés, écrabouillés, anéantis, disloqués, oubliés, pulvérisés, réduits à zéro, et pour rien, et qui chantaient motor vehicle l'on chantait beaucoup à l'escouade ; sans parler des vrais de vrai avec leurs goualantes, ceux de l. a. Légion d'Afrique qui radinaient en masse à Tilloloy et dont je devais apprendre les chansons de marche par los angeles suite, à mon retour de permission.

Et alors ? Ta combine ? Tu ne vas pas me faire croire que tu vas maintenant gagner des thousands en cirant des parquets. – Ma combine ? C'est que l'on ne va cirer les parquets que chez les riches. Alors, j'ai repéré des tas de vieilles rombières dans le quartier... – Bon. Ça va. J'ai compris. Inutile de m'en dire plus. Je suis pressé. Ma voiture est prête. Je te souhaite de te faire coffrer... – Me faire coffrer, mais je ne suis pas con. Je ne suis pas comme toi, caporal. Tu n'as rien compris à ma mix. C'est une mix qui n'est pas ordinaire.

Le boyau est repéré. Couchez-vous, couchez-vous ! » Ah, les hypocrites et les parfaits comédiens ! Garnéro tira encore deux, trois coups de feu, puis il s'élança lui aussi au secours du lieutenant, et les deux gaillards qui se tordaient et nous faisaient des grimaces dans son dos, nous amenèrent un Plein-de-Soupe glaiseux, fangeux, gluant, tout ruisselant d'eau sale, qu'ils soutenaient sous les aisselles et à qui ils venaient de faire parcourir 200 mètres à plat ventre dans l. a. boue, récurant le fond de l'immonde boyau.

On s'embourbe et ça cocotte... Przybyszewski et moi allions au milieu de l. a. direction. Le temps était bouché. Il faisait noir. On avançait pas à pas. J'avais mon parabellum à l. a. major, des chargeurs plein les poches et deux, trois grenades à manche passées dans mon ceinturon. Przybyszewski venait derrière, armé d'un mousqueton et une musette de grenades accrochée au cou. Ni l'un ni l'autre n'avions emporté notre baïonnette, outil gênant quand on rampe. Tous les dix mètres je quittais le Monocolard pour aller voir si mes hommes étaient à leur poste et je les reconnaissais tous, leur donnant le mot de passe, Garnéro, le rigolo, Griffith, qui ronchonnait, Belessort et Ségouâna, qui s'étaient rapprochés l'un de l'autre et ne se tenaient pas à los angeles distance voulue, le grand Lang qui se faisait tout petit, et le dernier, le plus avancé dans l. a. chaîne, Sawo, qui était jaloux parce que je ne l'avais pas désigné pour m'accompagner, chacun d'eux s'était aménagé un trou d'homme dans le talus, se tenait prêt, le fusil en place et des paquets de cartouches à portée de los angeles major.

Download PDF sample

Rated 4.92 of 5 – based on 41 votes